Le retable andin

A l'origine...

Le Retable est à l’origine un art religieux venu d’Europe sous sa forme portative pour évangéliser les populations andines. le peuple andin a peu à peu adopté et adapté cet objet en y représentant ses croyances et son folklore. 

La boite de San Marcos

San Marcos Jesus Urbano Rojas

 Le premier retable péruvien apparait sous la forme d'une boite abritant des saints protecteurs du bétail et qui avait pour fonction de protéger les troupeaux des populations andines (voir photo ci-contre : San Marcos- Jesus Urbano Rojas).
Cette boîte est composée de deux étages qui correspondent aux croyances andines :
à l'étage supérieur, le Hanaq Pacha (monde céleste) occupé par les saints protecteurs : saint Marc pour les bovins, sainte Agnés pour les chèvres, saint Jean-Baptiste pour les moutons...

à l'étage inférieur, le Kay Pacha (monde terrestre) traditionnellement occupé par une scène de marquage du bétail ou tout autre scène de vie quotidienne à la demande du client.   

Le retable péruvien a donc longtemps été un objet religieux et magique pour les populations des hauts plateaux andins. 

Le retable péruvien est un des plus important  symbole du syncrétisme religieux qui caractérise le Pérou. Il mélange en effet des éléments de la religion catholique (saints, scène de la nativité...) et des éléments de la cosmovision andine (les couleurs qui ornent la boite représentent la nature divine et les contours rouges le sang offert à la Pachamama lors des sacrifices rituels ; la forme de la boîte représente la montagne magique qui s'ouvre pour offrir ses trésors cachés).

Plus...

Le retable folklorique

Dans les années 1940, des artistes et intellectuels "indigénistes" de la capitale redécouvrent l'art populaire de leur pays et commencent à travailler avec quelques imaginiers d'Ayacucho pour faire revivre cet art, qui commence à perdre de l'importance (du à la baisse la ferveur religieuse des populations andines).
Le retable s'éloigne alors de son rôle religieux pour représenter des scènes traditionelles et folkloriques des hauts plateaux andins.
Il joue dès lors un rôle narratif extraordinaire en racontant et en diffusant (comme aucun autre moyen) les traditions, croyances et modes de vie des populations des hauteurs andines qui ne se transmettaient alors que par voie orale.

C'est pour celà que le retable péruvien est aujourd'hui le l'objet le plus représentatif et le plus prisé de l'artisanat péruvien.